Les droits de l’enfant (2)

Poster par Françoise Guillaume le Vendredi mai 17, 2013 sous Enfance

2013-16201903-silhouette-belle-mere-avec-un-bebe-en-echarpeDu droit à vivre avec ses parents

« Le 17 octobre 2002, Tabitha, une petite fille congolaise de 5 ans, est renvoyée à Kinshasa après avoir passé deux mois dans le centre 127 à l’aéroport de Zaventem. Tabitha est alors, dans le jargon du droit des étrangers une MENA, c’est-à-dire une mineure étrangère non accompagnée.

Elle était arrivée du Congo avec son oncle, de nationalité néerlandaise, qui avait l’intention de lui faire rejoindre sa maman, réfugiée au Canada. Ne disposant pas des documents de voyage, seule la petite Tabitha est retenue lors du transit à Bruxelles.

Son avocat essayera par tous les moyens d’obtenir sa libération et son placement en famille d’accueil. En vain. Les autorités belges décident de la refouler vers son pays. A Kinshasa, personne ne l’attend. Une fonctionnaire congolaise la prend en charge, jusqu’à ce que, suite à la pression médiatique, les deux premiers ministres belges et canadiens facilitent la réunion de Tabitha avec sa maman au Canada. »

Des enfants dans les centres fermés : plus qu’un mauvais souvenir ? » Centre AVEC, Bruxelles, décembre 2009)

L’article 9 de la Convention prévoit que « l’enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré, à moins que les autorités ne décident, (…) que cette séparation est nécessaire dans l’intérêt supérieur de l’enfant !

Mais nos pays de Cocagne considèrent sans doute que le souci de préserver l’espace sans cesse mieux fortifié dans lequel nous nous retranchons est un intérêt encore supérieur à celui de l’enfant.

Inutile d’épiloguer longuement, les faits parlent d’eux-mêmes. Comme quoi, les droits les plus élémentaires ne sont toujours pas garantis dans nos pays. Pardon, une zone de transit ne fait pas partie du territoire national …

Comments are closed.